Rechercher sur le Site

Recours au mouvement : le piège de l’accompagnement !
Publié le 3 juillet 2020 | SNUDI-FO 72

Dans le cadre de la loi de transformation de la Fonction publique , dite loi Dussopt, le mouvement des professeurs des écoles ne relève plus des CAPD.

On mesure déjà des différences : difficultés pour vérifier son barème , une seule phase de mouvement, opacité du système, nomination de nombreux T1 sur des postes de direction...

Cette loi constitue une véritable attaque contre la gestion paritaire (administration et organisations syndicales) , un des fondements du statut de la Fonction publique garantissant la transparence et l’égalité de traitement entre fonctionnaires. En 2021 , ce seront les promotions qui ne relèveront plus de la CAPD.

Cette loi Dussopt modifie les relations avec l’administration. la DASEN fait la sourde oreille aux questions des organisations syndicales en CAPD, relatives au mouvement .

Tout comme pour les temps partiels, des possibilités de recours sont proposées. Les collègues sont invités à désigner leur représentant syndical et à voir étudier leur dossier en bilatérale les 9 ou 10 juillet ou fin août.
Tout comme les temps partiels, c’est au bon vouloir de la DASEN qui peut décider de compensations , mais qui au final ne reviendra pas sur des erreurs éventuelles lors de la phase du mouvement
.
La fin du paritarisme place de fait le collègue dans une relation individuelle face à l’administration ; les organisations syndicales dans un rôle d’avocat, en les convoquant quand elle le veut, y compris pendant les congés scolaires.

Le SNUDI FO 72, attaché à l’indépendance, n’accompagnera pas cette transformation dictée par l’administration.

Nous préférons proposer des initiatives à la rentrée pour regrouper les collègues, sachant que les éventuelles compensations ne se feront qu’au mouvement 2021.

cale




SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo